Daniel Guillotin : Nature en ville, une dynamique rennaise
23 mai 2017
0

Intervention du lundi 22 mai 2017 au Conseil municipal de Rennes.

Texte de l’intervention :

Le samedi 1er avril, la Maire a inauguré le square Jagu, ; le vendredi 2 mai, elle a inauguré le jardin partagé Simone de Beauvoir, et le jardin Anne Cogné ; le dimanche 4 mai, le Parc Saint-Cyr ; et le samedi 13 mai, le square des Français Libres.

Que vous dire de plus, sinon que nous allons continuer dans ce sens ?

Le square des Français Libres – mais je pourrais tout à fait prendre un autre exemple – est à l’image du visage que nous voulons donner à Rennes. Il a été l’expression d’un souhait des Rennaises et des Rennais, qui s’est traduite dans un projet pilote de la Fabrique citoyenne. Il a fait l’objet de nombreuses réunions de concertation, avec les riverains, et en étroite collaboration avec l’association de quartier Alphonse Guérin – Saint Hélier, pour être au plus près de leurs attentes. Est né de cette démarche un espace de promenade, de calme, de rencontre, de repos, et d’amusement pour les enfants.

Le square des Français Libres, comme chacun des parcs, squares et jardins que j’ai cités, est la traduction de besoins évidents des Rennaises et des Rennais : offrir à ceux qui habitent un appartement un espace extérieur convivial et agréable ; et offrir un lieu de partage et de tissage du lien social.
Ces aménagements et rénovations d’espaces verts publics sont également une des réponses à la trajectoire très claire que nous ont fixées les Rennaises et les Rennais : mettre en valeur la nature en ville. Ils s’inscrivent dans une dynamique de valorisation globale de l’eau et des espaces naturels qui jalonnent notre territoire, dans l’esprit de Rennes 2030.

Nous ne nous contentons pas de notre titre de capitale de la biodiversité reçu en 2016. Nous voulons aller encore plus loin.
En moins de quarante ans, la surface du patrimoine vert public de la ville a été multipliée par 10. Rennes compte aujourd’hui 127 000 arbres, 830 hectares d’espaces verts (soit plus 42 m2/habitant contre 31m2 moyenne nationale dans les 50 plus grandes villes de France) au sein de ses 21 parcs et jardins. L’UNEP classant ainsi Rennes la 6ème ville de France la plus verte parmi les 50 plus grandes villes. En 2020 ce seront près de 1000 hect soit près de 20% du territoire rennais. Ainsi, si les rennais sont aujourd’hui 70% à bénéficier d’un espace vert à moins de 5 minutes, demain ils seront 90%.

« Rennes est la sixième ville de France la plus verte, parmi les 50 plus grandes villes »

Notre ville est un écosystème à part entière qui doit être un refuge pour la biodiversité, et participer demain de la régulation du changement climatique.
C’est pour ces raisons que nous avons été précurseurs dans la mise en place d’une gestion écologique des espaces verts et des espaces publics (opération « zéro phyto »). C’est aussi pour ces raisons que nous avons lancé au printemps un permis de végétaliser, envie de semer des fleurs au pied des arbres ou d’un poteau, d’installer une jardinière devant chez vous, faire pousser des plantes grimpantes, cultiver une friche, de multiples possibilités sont aujourd’hui offertes pour contribuer avec nous à embellir notre ville. C’est encore pour ces raisons que nous avons invité les Rennaises et les Rennais à recenser les arbres remarquables de notre territoire jusqu’au 15 mai dernier. Ceci afin d’augmenter le nombre d’arbres et d’espace boisés classés lors de la révision du dernier PLU.

Et non Monsieur Plouvier, ils n’ont pas disparu, ils sont bien présents dans notre espace public contrairement à ce que vous écrivez dans votre dernière tribune dans les Rennais. Nous continuerons à préserver et nous amplifions les plantations d’arbres afin que les générations futures profitent également des nombreux avantages générés par ce patrimoine arboricole. Instrument des plus efficaces pour prévenir des îlots de chaleur ainsi que pour la gestion des eaux pluviales.

Enfin, nous ferons des Prairies Saint Martin un parc naturel de plus 30 hectares au cœur de ville, éléments constitutif fondateur de la trame verte rennaise, qui dépassera à terme ses frontières pour s’étendre de la forêt de Rennes au moulin du Boël créant ainsi une véritable continué écologique.
Ces démarches sont autant de preuve de l’utilité, de la richesse et de la pertinence de la participation citoyenne. Dans l’esprit de la fabrique citoyenne, le souci constant d’association et de concertation des Rennaises et des Rennais fait d’eux les acteurs principaux de la ville-jardin de demain.