Co-construire la ville avec notre jeunesse
10 octobre 2016
0

Notre politique se veut globale et concerne tous les champs de la vie des jeunes : les temps libres, l’emploi, le logement ou la formation.

Rennes est une ville jeune où un Rennais sur quatre a entre 15 et 24 ans. C’est la capitale estudiantine du territoire Loire-Bretagne, avec quelques 65000 étudiants (dont plus de 7000 étudiants étrangers) pour la rentrée 2016, soit presque 20 % de la population totale de la ville ! L’enjeu est de taille, car il s’agit de les accueillir au mieux et leur permettre de vivre la ville. Cette année, le palmarès de l’Étudiant a classé Rennes 2ème ville étudiante la plus accueillante de France, et 1ère pour la qualité de l’offre de formations et la vie étudiante.

Quelle que soit leur situation, quel que soit leur lieu de vie, les jeunes Rennais sont porteurs de valeurs positives, de dynamisme, d’une adaptabilité constante. Ils sont une véritable richesse qui bouscule les modes de vie et incite à toujours plus d’innovation, dans tous les domaines.

Rennes reconnaît les jeunes comme des citoyens à part entière, et non comme des citoyens à part. Il faut leur offrir toutes les modalités possibles d’expression, et leur permettre de co-construire la ville et le vivre ensemble. Car mettre des politiques en place pour les jeunes ne peut fonctionner sans leur adhésion. Il faut faire la ville avec les jeunes car l’apprentissage de la citoyenneté passe aussi par l’appropriation de la cité, des possibilités qu’elle met à disposition, et des règles qui la régissent.

Approfondir notre Pacte Jeunesse

Chaque jour, nous enrichissons le Pacte Jeunesse voté en 2013. Celui-ci pose la jeunesse rennaise comme un élément central et transversal de nos politiques publiques afin que dans chaque domaine, la question de la place de la jeunesse soit étudiée. Il suit quatre lignes rouges : favoriser l’expression de tous les jeunes, encourager leurs initiatives et leurs projets, les accompagner vers l’autonomie et la citoyenneté et enfin promouvoir leur accès aux droits et aux ressources.

Nous avons poursuivi des démarches déjà mises en place, et engagé de nouveaux chantiers qui s’inscrivent dans l’esprit de la fabrique citoyenne autour de trois enjeux : l’accueil, l’accompagnement et l’insertion des jeunes. De manière générale, nous encourageons les échanges entre les associations, les partenaires institutionnels et services, mais également entre les associations elles-mêmes.

Je veux vous rappeler quelques-uns des projets les plus emblématiques qui participent du succès de la vie étudiante rennaise. Le premier d’entre eux est sans doute la ND4J, nuit des jeunes, offre de loisirs originale alternative à l’occupation festive et prolongée de l’espace public pour les jeunes en soirée. L’implication dans la conception et l’organisation de ce type d’évènement crée de réelles compétences qui peuvent aisément être valorisées par les jeunes organisateurs bénévoles. Les 32 ND4J organisées en 2015, déclinées en Nuit des arts, Nuits du sport, Nuits découverte et DAZIBAO, ont été couronnées de succès, attirant plus de 1000 jeunes Rennaises et Rennais par soirée.

Passage obligé pour tout nouvel arrivant à Rennes, Tam-Tam répond à toutes les questions des jeunes arrivant à Rennes : comment se loger, se soigner, se déplacer, s’engager ? Tam-Tam rassemble dans un seul et même lieu toutes les clés de lecture de Rennes, ville d’accueil des jeunes adultes, étudiants ou non, de passage ou souhaitant y faire leur vie. Tout y est mis en place pour faciliter l’installation des nouveaux venus et l’appropriation de leur nouveau lieu de vie.

Les étudiants étrangers ne sont pas ignorés, grâce notamment à l’aide qui leur est proposée par le Centre de mobilité internationale de Rennes, et via l’organisation d’évènements comme la réception des étudiants internationaux organisée par la Métropole et la ville de rennes, l’International Students Day, ou encore la Nuit des étudiants du monde (NEM) le 20 octobre prochain. On peut citer dans ce cadre la magnifique Cité internationale Paul Ricoeur que nous avons eu la chance d’inaugurer vendredi dernier. Celle-ci accueille les chercheurs et étudiants de troisième cycle étrangers, en mettant à leur disposition espaces de travail, de restauration et logements.

Pour développer et faire connaître l’esprit d’initiative aux moins de 25 ans, nous proposons aussi avec nos partenaires et une coordination du CRIJ un système de bourses via le Fonds Rennais d’Initiatives Jeunes. Le FRIJ sera à partir de cette année complété dans les quartiers prioritaires par l’Escarcelle, un fonds participatif qui bénéficiera d’interlocuteurs dans les maisons de quartier et MJC, pour être au plus près des jeunes sur le terrain. L’objectif est de susciter, soutenir, et développer l’esprit d’initiative des jeunes, mais aussi d’instaurer plus d’égalité en facilitant l’accès à l’expression.

Vous l’aurez compris, de multiples associations sont engagées à Rennes pour accueillir et bien accompagner les jeunes à s’inscrire dans la ville et plus particulièrement dans notre société. La citoyenneté s’acquiert aussi par l’engagement, le bénévolat, les responsabilités associatives.

C’est d’ailleurs toute la philosophie du projet de loi « égalité et citoyenneté » discuté en ce moment au Sénat qui permet le renforcement du service civique ou de la réserve citoyenne qui aidera chacun à se mettre au service de l’intérêt général.
Les villes doivent y prendre leur part et Rennes en a fait une priorité.

Améliorer l’insertion des jeunes

Nous avons accueilli en janvier la première promotion de jeunes en Service civique dans les services de la ville et de la métropole et espérons atteindre le nombre de 50 d’ici à la fin de l’année. Notre objectif est que Rennes soit pilote en la matière et fasse sien le rôle d’employeur exemplaire et solidaire. Le déploiement des services civiques se fait en partenariat avec la Ligue de l’enseignement et Unis-Cité.

On entend souvent que les jeunes ne s’engagent plus, mais c’est faux. Ils s’engagent différemment, souvent sur des temps plus courts, des évènements ponctuels, des missions. Le Service Civique, c’est un engagement au service des autres. C’est un acte citoyen. Cela veut dire, pendant 8 mois, consacrer une grande partie de son temps aux autres, à son quartier, à sa ville. Les missions qui seront confiées aux jeunes Rennaises et Rennais concernent particulièrement le lien avec les usagers (accompagnement des bénéficiaires de minima sociaux par exemple). Elles ont donc une forte utilité sociale et offrent une expérience enrichissante et valorisante. C’est un excellent moyen de s’insérer dans la vie professionnelle.

La création de ces 50 missions de service civique dévolues à des jeunes des quartiers prioritaires sont un des dispositifs clé du Plan Emploi Quartiers que nous avons lancé à la rentrée passée. En effet, la politique jeunesse que nous menons s’adresse à tous les jeunes mais elle porte une attention particulière aux jeunes en difficulté, aux jeunes les plus éloignés de l’emploi notamment. L’information et l’accompagnement sont modulés pour favoriser leur expression, leur autonomie et leur émancipation.

Dans cette dynamique d’ouverture, nous avons encouragé les Coopératives Jeunesse de Service expérimentées pendant la période estivale dès 2013 sur le quartier de Maurepas, et étendues aux quartiers de Villejean et du Blosne. Les CJS sont donc de véritables projets d’éducation à l’entreprenariat, situés au croisement de la sphère économique et de l’éducation populaire. Ils constituent à la fois une première expérience valorisante de ce qu’est l’entreprenariat et un levier d’engagement au service de la collectivité.

Nous avons aussi cette responsabilité aux côtés des autres collectivités territoriales et de l’État de créer les meilleures conditions d’insertion des jeunes dans la vie professionnelle. Car la jeunesse n’est pas homogène et les politiques publiques se doivent de trouver les leviers les plus efficaces pour tendre vers l’égalité réelle. Et ce n’est pas la proposition de la droite sénatoriale de créer un contrat « d’emplois d’appoint jeune » qui va améliorer la situation de certains jeunes. Au contraire, elle va renforcer leur précarité et leur instabilité.

Notre politique se veut globale et concerne tous les champs de la vie des jeunes, les temps libres, l’emploi, le logement ou la formation. La jeunesse est une chance pour Rennes, et nous devons tout faire pour son épanouissement. La jeunesse est une énergie renouvelable, un investissement durable. Nous devons lui faire confiance.

Intervention de Sylvie Robert au conseil municipal du 10 octobre 2016. Seul le prononcé fait foi.