Le Budget 2016, un reflet du pacte passé avec les Rennais
14 mars 2016
1

Intervention de Sylvie Robert au Conseil municipal du 14 mars 2016.

Permettez moi de remercier mon collègue Marc Hervé pour le travail effectué sur ce budget 2016 ainsi que les services financiers de notre collectivité.

Mes chers collègues, ce budget n’est pas ordinaire car il est marqué du sceau de la mobilisation et de l’engagement de notre ville en faveur du développement, de la croissance et de l’emploi, j’y reviendrai.

Ce budget n’est pas ordinaire non plus car, quand d’autres collectivités réduisent la voilure en freinant leurs investissements ou augmentent leurs impôts, ce budget traduit le rôle que nous entendons lui donner : être un outil au service du développement économique, urbain et social de notre ville.

Nul n’ignore le difficile contexte économique dans lequel s’élabore ce budget. Même si nous percevons les signaux de la reprise et que le taux de chômage à Rennes reste inférieur de deux points à la moyenne nationale, la faible croissance économique et les difficultés qui pèsent sur des secteurs d’emplois sont des réalités qui nous poussent à agir.

Notre volonté, c’est précisément que ce budget 2016 soit autant un instrument au service de notre projet pour Rennes et ses habitants, qu’un levier au service de la stimulation du tissu social et économique.

Le gouvernement a pris des mesures difficiles mais nécessaires pour redresser les comptes publics et assurer la pérennité de notre modèle social. Des efforts que nous, collectivités locales, devons partager.

À l’heure où certaines collectivités rognent sans distinctions dans les budgets, nous avons fait le choix d’engager une véritable réflexion sur les contours du service public. Ainsi, nous maintenons le cap, celui du mariage entre une exigence de bonne gestion budgétaire et celui d’un niveau important d’intervention de notre collectivité.

Cet effort de gestion, je crois important de le souligner, nous ne le faisons pas en dégradant les services publics de proximité car ils font la richesse de notre ville et participent activement au vivre ensemble, à la solidarité et à l’épanouissement.

Nous ne le faisons pas non plus en augmentant les impôts, c’est l’engagement que nous avons pris devant les Rennais.

Nous faisons le pari de l’intelligence collective pour faire face aux contraintes financières tout en conservant nos priorités d’actions et en agissant au nom d’un idéal de justice sociale. La démarche « Service public 2020 » est un tremplin vers une nouvelle manière de concevoir notre fonctionnement, de définir le périmètre de notre service public et ses modalités d’intervention.

Nous aurons à poursuivre et amplifier nos efforts dans les années qui viennent mais nous pouvons nous appuyer sur une situation financière stable et solide qui nous permettra de remplir l’intégralité du contrat passé avec les Rennais.

Il y a deux ans nous présentions aux Rennais un projet, mais aussi une méthode : celle du faire ensemble.  Avec la fabrique citoyenne nous avons engagé un mouvement d’ampleur pour associer davantage les Rennais à la construction des politiques publiques qui les concernent.

3,5 millions d’euros sont dédiés au budget participatif car nous souhaitions ouvrir notre budget et stimuler notre démocratie locale grâce aux propositions de nos concitoyens.

Ce budget 2016 est le reflet de notre capacité à mobiliser nos atouts: nous sommes une ville de culture, une ville de solidarités, une ville éducatrice, nous sommes une ville de projets.

La culture trop souvent fait office de variable d’ajustement lorsque l’étau budgétaire se resserre. Ce n’est pas notre politique que de rogner sur ce fil rouge qui nous relie les uns aux autres.

Nous avons fait le choix d’une culture qui soit partagée avec les Rennais et avec ceux qui la font vivre. C’est le sens que nous avons donné en 2015 aux États généraux de la culture dont les engagements se traduisent de manière concrète dans notre budget 2016.

La culture est partage, ouverture sur le monde, mais aussi plaisir et enchantement. Nous voulons qu’elle s’exprime autour de moments festifs, gratuits, sur l’espace public. Dans 15 jours, avec le lancement de la Saison des dimanches, nous transformerons le centre-ville en un grand « Forum du Bien commun ». Ce que nous voulons, c’est investir l’espace public, faire se croiser les publics. La culture, nous voulons la rendre encore plus accessible en l’ouvrant à d’autres disciplines, en élargissant ses frontières à d’autres disciplines.

En cette période de crise économique et sociale nous entendons conforter et renforcer notre modèle de vivre ensemble et de solidarité avec une attention particulière aux plus fragiles.

Une ville solidaire c’est une ville qui fait de l’éducation le pivot de son intervention publique. Nous nous donnerons encore et toujours les moyens de lutter contre la reproduction sociale, pour que chaque enfant ait toutes les chances de réussir, quelles que soient ses origines sociales, quel que soit le quartier où il grandit. Cela se traduit par des moyens supplémentaires pour les écoles du réseau d’éducation prioritaires, mais aussi par une politique ambitieuse en faveur de la petite enfance. Crèche parentale, crèches multi accueil, crèches municipales : en 2016 nous continuerons de développer les accueils petite enfance pour lutter des le plus jeunes âge contre les injustices sociales. Ainsi les créations et les redéploiements de postes font la part belle aux écoles et aux équipements pour la petite enfance.

Notre budget est un budget de mobilisation et de combat pour l’emploi qui reste la 1ere de nos priorités. Les Rennais attendent de nous que nous apportions des solutions concrètes aux problèmes économiques : les investissements que nous portons insufflent de l’air frais à l’économie locale et régionale.

Cette année, nous inaugurerons la cité internationale Paul Ricoeur et nous poursuivrons nos grands chantiers : EuroRennes, la seconde ligne de métro, le Centre des Congrès.

Des grands projets qui concernent aussi les quartiers aussi les plus défavorisés car il est impensable qu’ils soient écartés de la dynamique de notre agglomération. Nous avons ainsi été la première ville de France à engager l’acte II de la rénovation urbaine et nous y consacrerons dès cette année plus de 9 millions d’euros dans le cadre d’un investissement global, et partagé par l’ensemble des acteurs, à hauteur de 400 M€ sur les dix prochaines années.

En matière de retombées sur l’emploi les chiffres parlent d’eux mêmes : 511 entreprises ont été mobilisées depuis le début des chantiers et 1885 emplois directs ont été générés. Près de 10 000 emplois seront ainsi créés d’ici la fin des chantiers.

Emplois qui bénéficient aussi à des chômeurs de longue durée et à des jeunes peu qualifiés. La presse nationale se faisait ainsi l’écho il y a quelques jours du succès des clauses d’insertion sociales de nos marchés publics.

Mes chers collègues, il n’y a pas de surprises dans ce budget, il est le reflet du pacte passé il y a deux ans avec les Rennais.

Il est marqué par la sérénité, par la confiance dans notre territoire, par notre volonté de soutenir les acteurs du territoire, économiques, sociaux et culturels et de répondre à toutes les attentes, celles d’aujourd’hui comme celles de demain, le tout avec détermination et lucidité.

Seul le prononcé fait foi

1 comment

  1. […] savoir plus sur le budget 2016 : Lire l’intervention de Sylvie Robert Voir la dataviz de la Ville de Rennes Article […]

Comments are closed.